Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 13:13

Décrivant leurs travaux dans la revue Energy and Environmental Science, les chercheurs d’une université américaine ont mis au point un dispositif capable de convertir de minuscules quantités d’énergie mécanique en charge électrique. Miniaturisé, le système pourrait permettre un jour, par exemple, d’utiliser le souffle de la respiration pour alimenter des micro-appareils corporels, tels le pacemaker.

 

http://www.formationambulancier.fr/1_cours/102_physiologie/102_images/respiration_01.gif


Le double secret de leur innovation : polyfluorure de vinylidène (PVDF) et piézoélectricité. Sous ces noms barbares se cache en fait un principe simple… mais difficile à exploiter : la propriété de certains matériaux (comme le PVDF) à transformer un stress mécanique qu’on leur inflige en charge électrique, appelée piézoélectricité.

Le Pr Xudong Wang et ses élèves ingénieurs de l’Université du Wisconsin-Madison ont mis au point une micro-ceinture en PVDF qui vibre sous des stimulations aussi ténues qu’un souffle, et produit suffisamment d’électricité pour alimenter de petits dispositifs électroniques.

"À la base, nous récoltons l’énergie mécanique de systèmes biologiques. Le flux d’air d’une respiration humaine normale circule à moins de 2 m par seconde. Nous avons calculé que si nous pouvions amincir suffisamment ce matériau [le PVDF], de petites vibrations pourraient produire un microwatt d’électricité, qui pourrait servir pour des capteurs ou autres dispositifs implantés sur le visage", a expliqué le professeur Wang.

À terme, ceci pourrait s’appliquer par exemple aux systèmes de contrôle du glucose chez les sujets diabétiques, ou encore aux pacemakers, de taille toujours plus réduite.

 

Source Maxisciences

Partager cet article

commentaires