Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EVOLUTION DE NOTRE CIVILISATION

societe

Big Brother : Où étiez-vous hier ? Google peut vous le montrer et c’est effrayant !!

20 Décembre 2013, 18:41pm

Publié par Fredalton

Incroyable, moi aussi j'étais pisté depuis le 2 novembre 2013 sans m'en rendre compte... Précision incroyable de mes déplacements... Ça fait peur !

Capture d’écran de l’historique des positions de Google. (DR)

Regardez bien quand vous faites une recherche google : votre position apparaît dans outils de recherche : c’est la géolocalisation … vous êtes suivis en permanence !

Revue de presse 2013 Z@laresistance

Où étiez-vous vendredi 13 décembre à 16h14? Vous ne vous en souvenez plus? Pas de problème, Google est là pour vous aider à retrouver la mémoire. Un service existe, qui enregistre toutes vos données de géolocalisation et vous les montre, à la minute près, sur une carte. A Mountain View (où siège le géant du net), on appelle ça "l’historique des positions" (location history en anglais), et vous pouvez le consulter sur cette page - à condition d’être connecté à votre compte Google et que l’option ait été activée (ce que vous avez pu faire sans vous en rendre compte lors d’une mise à jour).

Voici, pour l’exemple, une capture d’écran de la carte retraçant tous mes déplacements, vendredi 13 décembre, dans Paris. C’est possible parce que j’ai un téléphone tournant sous Android, le système d’exploitation de Google. Et parce que j’ai installé l’application de messagerie Gmail (qui me logue en cascade sur tous les services Google, dont Maps), à laquelle je suis connecté dès que mon téléphone est allumé en 3G. Grâce à ce mouchard, l’entreprise californienne peut savoir où je suis, en permanence. Regardez plutôt.

Sur cette carte, on peut voir où et à quelle heure je me suis réveillé le vendredi 13 décembre, où j’ai déjeuné, où j’ai travaillé, où j’ai passé la soirée, etc. En zoomant, je peux détailler mon parcours, pour constater que j’étais boulevard Malesherbes, dans le 8ème arrondissement de Paris, à 15h50, puis à 17h14.

Dans l’intervalle, j’ai été flashé plusieurs fois rue de la Ville-l’Evêque. Rue de la Ville-l’Evêque? C’est là que se trouve le siège d’Iliad, la maison-mère de Free. Ce jour-là, j’avais rendez-vous avec un dirigeant de l’opérateur télécoms à 16h, pour une interview. J’y suis resté un peu plus d’une heure. Et j’avais garé mon scooter à quelques dizaines de mètres. Boulevard Malesherbes, donc.

Ce service d’historique de localisation n’est pas nouveau. Il existe depuis des années (il descend de l’ancien produit Latitude), mais je viens de le découvrir grâce à un article du site américainTechcrunch. Comment ai-je pu rater ça? Apparemment, je ne suis pas le seul. Je viens de faire un sondage rapide autour de moi: personne n’avait jamais vu cette carte Google émaillée de points et de traits rouges. L’auteur de l’article de Techcrunch, Greg Kumparak, fait le même constat: "je viens de me rendre compte que peu de gens sont au courant, même chez les geeks".

Ce truc est aussi fascinant qu’effrayant. Fascinant, parce que l’on est immédiatement scotché par la puissance de l’outil. En deux clics, je peux savoir où j’étais il y a trois semaines, à telle heure. Sous la carte, une timeline sur laquelle vous faites glisser la souris indique vos positions successives. C’est ludique et addictif. On passe d’une journée à l’autre et on tente de se remémorer ce que l’on avait fait ce matin-là, ce soir-là, ce week-end-là…

Et, cela va de soi, c’est effrayant. Comme l’écrit Greg Kumparak, "c’est hallucinant de penser au nombre de données que Google est en train de collecter". On ne découvre pas grâce à cette carte que Google sait tout de votre vie – cela fait des années qu’on le lit et l’entend chaque jour. Mais on le visualise enfin. Votre vie privée, que vous pensiez cachée dans le for intérieur de votre conscience, devient tangible.

Ah, au fait, si vous voulez désactiver ce service, cliquez ici pour savoir comment faire.

Vu sur resistanceauthentique

Voir les commentaires

Le réchauffement climatique, un mythe ?

23 Novembre 2013, 10:22am

Publié par Fredalton

François Gervais est physicien, spécialiste de thermodynamique. Professeur émérite à l'Université François Rabelais de Tours, médaillé du CNRS et primé par l'Académie des Sciences, il a récemment été choisi comme rapporteur critique par le GIEC.

Vu sur le blog de ferlin

Voir les commentaires

Sans lendemain...

9 Octobre 2013, 16:29pm

Publié par Fredalton

Ou comment l'énergie fossile dont nous sommes dépendant va nous projeter dans un effondrement global de notre système actuel ou changer profondément notre façon de vivre.

Document vraiment très interessant, à voir absolument

Vu sur http://resistanceauthentique.wordpress.com/2013/10/09/superbe-sans-lendemain-a-voir/

Voir les commentaires

Ce n'est pas la bombe atomique qui a poussé le Japon à capituler

7 Juin 2013, 10:00am

Publié par Fredalton

Le rôle de Staline est minimisé, celui de la destruction d'Hiroshima et Nagasaki grandi, parce que ça arrangeait Américains et Japonais. 70 années de politiques nucléaires seraient-elles fondées sur un mensonge?

La suite de cet excellent article qui remet en cause les raisons de la capitulation du Japon en 1945 après les deux bombes atomiques sur slate.fr.

Quand on sait que la relative stabilité internationale repose sur la dissuasion nucléaire, on peut se poser la question du réel impact et efficacité de cette arme de destruction massive...

- Le B-29 Superfortress Enola Gay atterrit sur la base de Tinian dans les iles Marianne après avoir largué sa bombe sur Hiroshima, , le 6 août 1945. REUTERS/U.S. Air Force/Handout -

- Le B-29 Superfortress Enola Gay atterrit sur la base de Tinian dans les iles Marianne après avoir largué sa bombe sur Hiroshima, , le 6 août 1945. REUTERS/U.S. Air Force/Handout -

Voir les commentaires

Le terrible échéancier des matières premières...

11 Avril 2013, 17:12pm

Publié par Fredalton

... Ou comment notre monde actuel ne pourra pas continuer à fonctionner de la même façon très longtemps...

 


Je vous l’ai souvent mis en lien cet échéancier, avec l’obsolescence programmée, le posséder plus pour « les » enrichir plus, au détriment de la planète et des « ouvriers » plus ou moins exploités, sans compter les ravages environnementaux dont nous avons connaissance via des reportages sans complaisance. La bonne question à se poser pour ceux qui ne jurent que « hight tech », rachat, plutôt que réparation (faut dire qu’on y est bien aider par le mot « irréparable ») comment faire APRES?. Les plus optimistes diront que d’ici là, on aura trouvé d’autres éléments! Peut on en être sur?…..Méditons maintenant pour le grand jour où, le moindre objet un peu sophistiqué sera rare et inabordable. Certains ne le verront pas ce grand jour! mais nos enfants et petits enfants risquent de pâtir de notre boulimie, insidieusement alimentée par les multinationales qui ont un coffre fort à la place du cœur……

Projection..

On aurait pu croire les gisements géologiques inépuisables. Mais il n’en reste pas pour des millénaires, ni même pour des siècles, mais seulement pour quelques dizaines d’années.

Preuve qu’à cette allure notre civilisation technologique n’est pas du tout durable sous sa forme actuelle et qu’elle doit évoluer au plus vite.

Mais nous avons peut-être 50 ans d’avance sur notre temps, car les ressources ne manifestent encore aucun signe de pénurie !

Ce terrible échéancier, dont pratiquement personne n’a entendu parler (mise à part la fin du pétrole), nous amène à nous interroger sur le fonctionnement inconscient de notre civilisation qui s’apprête à livrer aux générations futures une Terre vidée de ses richesses et de sa substance.   

Notre planète n’est pas infinie. On le sait. Ses ressources sont limitées et ne peuvent satisfaire ad vitam eternam les exigences voraces de milliards d’êtres humains.

Nous devons anticiper la pénurie proche des matières premières et, si possible, garder de ces dernières pour les générations futures, en vivant tout simplement autrement.

Sinon, demain, des conflits de toutes sortes risquent d’éclater pour l’accaparement des gisements énergétiques et métalliques restants. Cela en moins d’une petite génération !

Si nous voulons éviter le pire, retroussons nos manches! Une nouvelle civilisation reste à inventer, ici et maintenant, plus propre, plus économe, plus respectueuse et dont l’objectif premier soit réellement le bonheur de tous et non le profit égocentrique de quelques uns au détriment de tous les autres.

Le terrible échéancier qui ébranle l’homme de la rue, tout cerveau intelligent

NB : ces dates ne sont que des évaluations, concernant l’épuisement des gisements exploitables à un coût admissible, au rythme actuel de consommation. Il ne faut bien sûr pas prendre ces dates à la lettre.

 

2018 : fin du hafnium

2021 : fin de l’argent

2022 : fin de l’antimoine

2023 : fin du palladium

2025 : fin de l’or

fin du zinc

On n’y pense pas, mais sans l’acier galvanisé nous ne pourrions ériger de gratte-ciels, ni d’ailleurs fabriquer de voitures, voire la grande majorité des machines qui envahissent le quotidien de plus en plus d’humains.

L’acier galvanisé est fait d’une âme de fer mêlée à un peu de carbone et plongée dans un bain de zinc en fusion. Le zinc assure une protection durable contre la corrosion. Ainsi 76 ans après son érection, l’Empire State Building tient-il toujours debout. Sans le discret zinc, le fer constituant son armature aurait rouillé depuis longtemps et les 102 étages d’un des plus hauts building américains (après la Sears Tower) seraient actuellement réduits à un amas de gravats.

Or on vient d’apprendre que les mines de zinc seront totalement épuisées en 2025, en même temps que les mines d’or et d’indium. Et cela partout dans le monde.

(…)

Source

fin de l’indium

2028 : fin de l’étain

2030 : fin du plomb

2038 : fin du tantale

2039 : fin du cuivre

2040 : fin de l’uranium

2048 : fin du nickel

2050 : fin du pétrole

2050 : fin du lithium

2064 : fin du platine

2072 : fin du gaz naturel

2087 : fin du fer

2120 : fin du cobalt

2139 : fin de l’aluminium

2158 : fin du charbon

 

A quand la fin des haricots ? ;o)

Les sources proviennent essentiellement de L’USGS (le service géologique des Etats unis) : http://minerals.usgs.gov

et de Science et Vie hors série N° 243, construire un monde durable, de Juin 2008 : http://www.mondedurable.science-et-vie.com

Lorsque nous utilisons d’autres sources, elles sont indiquées dans les pages décrivant chaque élément.

Un article de SOS-planete

 

La fin programmée de la civilisation du gâchis

A priori, quelque chose ne tourne plus rond du tout sur cette planète.

(…)

Auteur : Association Terre sacrée

Source : terresacree.org

Article relayé par : mich sur les moutonsenragés

Voir les commentaires

MARC DE LA MENARDIERE : Changer de croyances pour changer de monde

25 Mars 2013, 22:35pm

Publié par Fredalton

 


 

Voir les commentaires

Pour les présidentielles, je choisis... l'abstention consciente !

21 Avril 2012, 02:25am

Publié par fredalton

http://www.crystalli.com/images/good_pictures/578_urne.jpg

 

En tant que citoyen responsable, être humain réfléchi et réfléchissant, raisonnable et raisonné,

je choisis l’abstention consciente.


Pourquoi ?


Une des plus grandes raisons de mon abstention consciente :


L’effondrement économique de notre système qui arrive très bientôt.

 

Peu importe celui qui va être au pouvoir, l’élu aura les mains liées par la haute finance qui tire les ficelles de notre monde.
Je préfère me préparer à l’immense probabilité de cet effondrement, pendant que la plupart des gens regarde des émissions débiles et débilisantes, (les médias nous gardent endormis), les news stigmatisent et manipulent l’opinion autour de débats futiles qui donnent un semblant de réflexion.

La majorité des gens ne sont malheureusement plus capables de penser, d'analyser et donc de juger par eux-mêmes, croyant éperdument que les « professionnels » de la politique sont capables de défendre nos intérêts, et qu’ils font cela pour notre peuple, rien que pour notre peuple…
Ouvrons les yeux !
Je n’ai que très peu de solutions à tout cela, mais je suis certain que tout doucement, tous ensemble, nous les trouverons. ;-)

 

Voici des sites qui peuvent vous donner une bonne idée de ce qu'est véritablement la crise économique actuelle, son origine et jusqu'où elle nous menera.


http://gold-up.blogspot.fr/


http://liesidotorg.wordpress.com/

 

Economie

 


« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin ».
Henry Ford


« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation ».
Thomas Jefferson, ex-président des Etats-Unis


 

« Qui contrôle la nourriture contrôle les populations, qui contrôle l’énergie contrôle les nations et celui qui contrôle la monnaie contrôle le monde »

Henry Kissinger



La crise actuelle est une crise systémique, nos dirigeants colmatent les trous mais inévitablement, le système tel qu’il est va vers l’effondrement.
"Va t il y avoir effondrement ?" n'est pas la bonne question à se poser...
La question est : "quand ?…"


Pari sur le futur président ?


Je parie sur Hollande, comme ça, tout le monde aura l’impression d'un changement après plus de 15 ans de droite. La plupart des Français seront satisfaits, nous en reparlerons dans 5 ans…


L’UMPS, c’est la même enseigne, leur but c’est d’être élu et être réélu… c’est le but de leur métier, alors ils vont nous inonder de belles paroles, puis servir ensuite leur propre intérêt.

 

Réveillez vous !

 

La démocratie n’existe pas… La démocratie, c’est le "pouvoir du peuple" !

 

Or nous sommes dans une oligarchie, une élite qui a le pouvoir. La très grande majorité de nos élus nationaux ne sont pas comme vous et moi, ce sont des avocats, des businessmen, des hauts fonctionnaires, des professionnels de la politique… C’est cela la représentation des 60 millions de Français ?…


Voter les extrêmes ?


A quoi bon ? Ils n’ont quasiment aucune représentation à l’assemblée (577 députés) ni au Sénat… Or ce sont ces élus qui votent les lois… pas le président…


Alors les promesses des candidats des extrêmes ? Du vent… à des températures extrêmes...


Voter ne sert plus à rien… et par respect pour ceux qui se sont saignés pour obtenir « la démocratie », pour ceux qui voulaient vraiment « le pouvoir des peuples », je ne voterai plus pour cette mascarade, pour cette illusion…

J’ai compris que le changement est d’abord un changement intérieur, rayonnant ensuite dans l'entourage puis s'élargissant à la portée humaine, grâce à son propre réseau social…

Les meilleurs idées ne peuvent s’exporter et se transmettre que si elles sont vraiment les meilleurs…


De toute façon, celui qui va au pouvoir va être condamné…

La véritable crise économique arrive, on nous endort, on nous divertit, on fait semblant de vous faire réfléchir.

Pendant ce temps, ils colmatent les trous béants de la crise systémique de la dette, ils retiennent le plus longtemps possible le système en place avant qu’il nous éclate en pleine figure…
Au lieu de perdre votre temps à essayer de choisir le moins pire pour votre "précieux" vote, laissez tomber cette mascarade, et préparez vous mentalement et physiquement à la suite… car malheureusement, cela risque de bien vous surprendre…


Je vous souhaite tout de même une bonne journée.

Profitez bien du calme avant la tempête.

 

Fredalton

Voir les commentaires

Anarchie ! Principe d'une société idéale... malgré l'utilisation péjorative du terme.

9 Mars 2012, 01:05am

Publié par fredalton

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7a/Anarchy-symbol.svg

 

L’anarchie (du grec αναρχία / anarkhia, composé de an, préfixe privatif : absence de, et arkhê, commandement, ou « ce qui est premier ») désigne la situation d’une société où il n'existe pas de chef, pas d'autorité unique. Il peut exister une organisation, un pouvoir politique ou même plusieurs, mais pas de domination unique ayant un caractère coercitif. L’anarchie peut, étymologiquement, également être expliquée comme le refus de tout principe premier, de toute cause première, et comme revendication de la multiplicité face à l’unicité.

Le mot anarchie est employé tantôt comme synonyme de désordre social que l’on retrouve dans le sens courant, qui se rapproche de l’anomie, tantôt comme un but pratique à atteindre dans le cadre d'une idéologie comme c’est le cas pour les anarchistes.

Anarchie et anomie 

Sens courant 

Le mot anarchie est souvent employé comme un repoussoir par des personnes considérant essentiel le principe fondamental d’autorité pour indiquer une situation de désordre, de désorganisation, de chaos, sur la base de l’hypothèse implicite que l’ordre nécessiterait une hiérarchie. On retrouve déjà dans le Littré (le mot est très peu usité avant le XVIIe siècle) la définition de l’anarchie comme « absence de gouvernement, et par suite désordre et confusion ». Par extension ce sont toutes les formes de trouble et de désordre qui sont appelées anarchie ; c’est cette façon d’employer le mot qui prévaut dans l’usage courant, comme dans la plupart des dictionnaires. Le poète Armand Robin (1912-1961) définit « l'anarchiste » comme celui qui est « purifié volontairement, par une révolution intérieure, de toute pensée et de tout comportement pouvant d'une façon quelconque impliquer domination sur d'autres consciences ».

Anomie

Le mot correct pour une situation de désordre social, sans lois, sans règles, où les différends se régleraient par la seule violence physique (armée ou non), est l’anomie. L’anomie est une dissolution des normes sociales, règles, lois, coutumes : cette situation peut être liée à une volonté de domination réciproque de plusieurs pouvoirs concurrents, à une réaction de désespoir (L'anarchie est la formulation politique du désespoir, Léo Ferré) face à une société moribonde.

À ce sujet, bien que anomie soit mieux adapté, le terme « anarchie » est utilisé systématiquement par les pouvoirs pour indiquer une situation politique qu’ils ne maîtrisent pas (et qu’ils désireraient maîtriser), où leur pouvoir politique est en difficulté.

Termes historiques

Les exemples historiques tels que l’anarchie militaire dans l’Empire romain dans les années 235-268, ou l’utilisation d’Anarchie (The Anarchy) pour définir la guerre civile anglaise qui opposa deux concurrents au pouvoir, Mathilde l'Emperesse et Étienne de Blois entre 1135 et 1154, est révélateur de ce fait : il ne s’agit pas de situations qui puissent s’apparenter à l’anarchie au sens strict, auquel cas il n’y aurait plus de pouvoir, ni d’autorité, mais d’une désorganisation liée aux pouvoirs concurrents, d’une période politique troublée.

Utilisation péjorative du terme

Bien souvent, le terme « anarchie » est utilisé pour décrire le chaos, les guerres civiles et les situations de désordre social. On peut y voir deux raisons. La première, sans doute la moins importante, provient du terme « anarchie », interprété comme l’absence d’ordre, de règles et de structures organisées, bref : le chaos de l’anomie sociale. Ce n’est pourtant pas ce que prônent les anarchistes. Pour éviter cette confusion entre anarchie politique et anomie, confusion qui dénature les idées de l’anarchisme, les anarchistes utilisent parfois le mot « acratie » ou libertaire (terme inventé par Joseph Déjacque, défenseur de la liberté politique), comme synonymes d’anarchiste. La seconde, plus concrète et plus forte, provient des luttes anarchistes au tournant des XIXe et XXe siècle en Europe. À cette époque, le mouvement anarchiste a été marqué par les illégaux ou illégalistes qui voulaient sans attendre pratiquer l’anarchisme (et donc ignorer purement et simplement les « lois », considérées comme illégitimes), le diffuser (théorie de la propagande par le fait) et lutter activement contre les oppressions, y compris par la violence. Concrètement, ces anarchistes "illégaux" ont escroqué, volé et tué au nom de leur doctrine, avec comme victimes des puissants (princes, ministres, riches, compagnies d’assurances, etc.), des serviteurs de l’État (douaniers, policiers, etc.). Quelle qu’ait été l’importance réelle de ce courant, il a énormément frappé les esprits. Par ailleurs et inversement, par non-violence, des anarchistes pacifistes, refusaient la conscription et pratiquaient l’insoumission. Tout cela a servi à expliquer la mise en place des « lois scélérates » à la fin du XIXe siècle dans de nombreux pays et stigmatisé l’ensemble des anarchistes, tandis que « anarchiste » ou « Ravachol » devenaient des injures. L’usage du terme libertaire s’est d’ailleurs répandu en France avec l’interdiction des mots de l’anarchisme, pour des raisons sociales et juridiques (être l’auteur de « propagande anarchiste » est resté passible de prison jusqu’en 19921).

Absence de commandement comme but des anarchistes 

Anarchistes face à l’anarchie-anomie

Les anarchistes rejettent en général la conception courante de l’anarchie (utilisée dans le langage courant, par les médias et les pouvoirs politiques). Pour eux, au contraire, l’ordre naît de la liberté, tandis que les pouvoirs engendrent le désordre (voir termes historiques). Certains anarchistes useront du terme acratie, du grec κράτος / krátos (le pouvoir) donc littéralement « absence de pouvoir », plutôt que du terme « anarchie », d’étymologie grecque lui aussi, qui leur semble devenu ambigu, porteur d’un aspect positif mais d’une trop grande connotation négative pour pouvoir être employé comme synonyme d’un objectif désirable. De même, certains anarchistes auront plutôt tendance à utiliser le terme de « libertaires » pour se désigner, ou indifféremment ceux de « fédéralistes », « anti-étatistes » ou « anti-autoritaires ».

Société libertaire

Cependant, les anarchistes utilisent encore le terme, porteur d’une histoire indissociable d’autres notions qui s’y rattachent comme l’anarchisme ou l’anarchie positive de Proudhon (qui est d’ailleurs le premier à donner un sens précis au mot anarchie, utilisé auparavant en guise d’insulte dans les milieux politiques sans avoir jamais été véritablement défini).

L’anarchie aux yeux des anarchistes n’est pas un chaos, mais la situation harmonieuse résultant de l’abolition de l’État et de toutes les formes de l’exploitation de l’humain par l’humain, « c'est l'ordre sans le pouvoir », « la plus haute expression de l'ordre » (Élisée Reclus). Fondée sur l’égalité entre les individus, l’association libre, bien souvent la fédération et l’autogestion, voire pour certains le collectivisme, l’anarchie est donc organisée, structurée, sans admettre pour autant, aux yeux des anarchistes anticapitalistes, de principe de supériorité quelconque de l'organisation sur l'individu.

On peut noter que chez tous les anarchistes la qualité indispensable est la responsabilité individuelle (associé au droit naturel) qui permet d’agir dans l’intérêt personnel sans pour autant attenter à la liberté des autres. Les seuls mandatés le sont, par volontarisme et sans durée précise, dans un but et sur un mandat précis, et il n’existe ainsi nulle forme de domination ni de gouvernement.

Voir les commentaires

Intimité et sexualité

6 Mars 2012, 18:36pm

Publié par fredalton

 


 

 

 


 

Voir les commentaires

L'université des Va-nu-pieds

29 Février 2012, 06:43am

Publié par fredalton

Les solutions pour changer notre monde pour un monde meilleur ne viendront pas des élites, mais de tout un chacun, jusqu'au petit village d'Afrique...

Conférence émouvante...

 

 


 

Vu sur leveil2011

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>